Le forum des ADG

Vous n'êtes pas identifié.

#26 04-11-2008 19:46:55

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Revenons sur le mot "pipe" avec une autre expression:
« Les dés sont pipés » http://www.expressio.fr/expressions/les … -pipes.php
Signification: Les dés sont truqués.Il y a une tromperie quelque part.
Origine:Pipé. Que voilà un bien étrange qualificatif pour un dé trafiqué, objet n'ayant vraiment aucun lien avec une pipe !

Il faut savoir qu'au XIIIe siècle, une pipe (ou un 'pipet', devenu 'pipeau' au milieu du XVIe) désignait une petite flûte, mais aussi un appeau, cet instrument destiné à tromper les oiseaux pour les attirer en imitant le cri de leurs congénères.
Au XIVe, 'piper' (qui, initialement, voulait dire "pousser un petit  cri" pour une souris) signifiait, lorsqu'il était utilisé à la chasse, "imiter le cri d'un oiseau que l'on veut attirer". 
Le sens de tromperie associé à 'pipe' ou 'piper' était donc déjà présent il y a très longtemps et suffit à expliquer que l'adjectif 'pipé' serve à désigner un objet truqué dans le but de tromper quelqu'un d'autre, comme le sont certains dés.

Pour confirmer que cette explication n'est pas du pipeau (autre variation venue de la même origine), nous allons faire un tour au milieu du XVe siècle, pour rendre visite à François Villon , qui, dans son argot, écrivait :

« Gailleurs, bien faitz en piperie,
Pour ruer les ninars au loing,
à l’asault tost sans suerie,
que les mignons ne soient au gaing
farciz d’ung plumbis a coing. »

Ce qui, en français moderne, pourrait se traduire à peu près par :

« Flambeurs, bien faits en tricherie,
Pour faire rouler les dés [truqués] au tripot,
À l'assaut tôt ! (Hé ! Sans tuerie !)
Que les jouets ne soient au gain
Trop lestés de plomb au coin »

Les personnes "bien faites en piperies / tricheries" ainsi citées, les Coquillards, étaient des gens sans foi ni loi, prêts à tout pour obtenir ce qu'ils souhaitaient, et pour qui la tricherie au jeu était donc parfaitement naturelle.

Si cette expression s'applique bien au sens propre à des dés, par extension, elle s'utilise aussi lorsqu'un protagoniste d'une affaire, qu'elle soit légale ou pas, sent ou constate qu'il y a une entourloupe quelque part, qu'un piège est tendu ou que l'affaire est faussée à l'avance.

Dernière modification par Natacha (04-11-2008 19:48:31)


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#27 04-11-2008 22:03:03

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7507
Site web

Re: La langue de chez nous....

Bonsoir Natacha

Merci pour tes explications, j'en suis bouche bée : "à ne piper mot!"   

... même source, je pense bien !

Bonne Nuit !

Sitting


Sitting Bull

à Georges Brassens,   CLIC -> -> -> ->  http://ca-rime-a-rien-ca-rime-atout.sim … /442762609

En ligne

 

#28 05-11-2008 05:23:26

Phil.B
Membre
Date d'inscription: 25-04-2007
Messages: 322

Re: La langue de chez nous....

Puisqu'il est question de dés :
ils sont à l'origine du calcul des probabilités.
Celui-ci fut mis en forme à la suite d'un problème de résultats obtenus en lançant les dés, que le chevalier de Méré, joueur invétéré de la cour de Louis XIV, avait soumis à un certain Blaise Pascal (mais si, vous savez bien, le "voisin du dessus").

Et puisqu'il est question de langage :
le mot "chance" (si fréquent en proba) est une déformation du mot "chéance", qui désignait (depuis le XII° siècle) la manière dont les dés avaient "chu" du cornet.

Merci à Natacha d'avoir ouvert cette discussion.
On y trouve plein de choses intéressantes, qu'il aurait été dommage de laisser "choir dans un oubli complet".

Bonne journée à tous,
Phil.

Dernière modification par Phil.B (05-11-2008 05:24:21)

Hors ligne

 

#29 05-11-2008 06:51:03

Le gorille
Membre
Date d'inscription: 06-03-2005
Messages: 1836

Re: La langue de chez nous....

Intéressant tout ça...
Les dés "chus" du cornet nous amènent directement aux dés sont jetés:
traduction du latin alea jacta est (littéralement : le sort en est jeté), phrase prononcée par Jules César après qu'il eut franchi le Rubicon.
Cette phrase signifie qu'on a fait une action irréversible, et que l'avenir est entre les mains du hasard.
Ainsi « Un coup de dé », représente le hasard.
Cette opération s'est jouée sur un coup de dé. Cette phrase signifie qu'une partie importante de ladite opération s'est accomplie par la chance, par le hasard.
En tout cas ce matin j'apprends par la radio qu'aux USA les dés sont bel et bien jetés !!
Bonne journée à tous.


Les jeunes gorilles sont amicaux, mais ça leur passe vite.

Hors ligne

 

#30 05-11-2008 08:12:27

Marco
Membre
Date d'inscription: 27-08-2006
Messages: 1152

Re: La langue de chez nous....

Nom d'une pipe.........
Non seulement les dés sont jetés mais de plus ils n’étaient pas pipés.
Ce matin à la tombée du verdict certains arriérés du kkk ont du casser leur pipe .
Après les années Clinton , Monica et sa fameuse pipe…
Après les années Bush qui à envoyé l’Amérique au casse pipe…
Aujourd’hui c’est le camp Obama qui se fend la pipe.. ;
Moi pendant ce temps je vais m’en bourrer une…une vraie avec du bon tabac !
Bonne journée à tous.
Marco

Dernière modification par Marco (05-11-2008 11:07:54)


Afin d'amuser la galerie
Je crache des gauloiseries.

Hors ligne

 

#31 05-11-2008 08:23:56

copains d accord s
Membre
Lieu: Baraqueville
Date d'inscription: 08-11-2003
Messages: 2186
Site web

Re: La langue de chez nous....

En d'autres temps j'aurais ouvert un nouveau sujet pour vous présenter cette nouvelle affiche des copains d'accord's majeurs. Mais avec ce sujet passionnant et instructif de Natacha, elle peut trouver sa place ici.
Nous allons chanter à St Martin des Faux, petit village aveyronnais au bord du grand lac de Pareloup.
Alors, avec loup, il y en a des expressions à vous mettre sous la dent.

http://img186.imageshack.us/img186/8373/copie3depareloupbmn6.jpg

Hors ligne

 

#32 05-11-2008 08:33:01

P'tit tono
Membre
Lieu: Toujours au bar
Date d'inscription: 25-08-2006
Messages: 2394

Re: La langue de chez nous....

Alors ça c'est sûr et certain...aucun doute la dessus !!

http://images1.hiboox.com/images/4508/fef5f031cef7ab7cf2703afe2d75129a.jpg


Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait le vin.
Victor Hugo

Hors ligne

 

#33 05-11-2008 10:24:21

ArseneL
Membre
Date d'inscription: 10-06-2006
Messages: 502

Re: La langue de chez nous....

J'aime bien cette chanson de l'ami Henri :

Le loup, la biche et le chevalier (Une chanson douce que me chantait ma maman ...)

Paradoxe : Avec un pied de biche je marche à pas de loup.

Hors ligne

 

#34 05-11-2008 12:01:22

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Je vois que l'humour ici ne fait pas défaut .
L'expressionà pas de loup n'a pas vraiment d'origine très précise ,
on peut penser que cette expression remonte à la nuit des temps car l'évidence
de sa signification (avancer sans faire de bruit ,ni se faire remarquer) décrit parfaitement
le comportement de l'animal qui a lui même peur de l'homme...
Par contre p'tit tono je ne connaissais point "soif de loup" mais bon puisque l'on a la preuve en image !...
Plus connu « Avoir une faim de loup » http://www.expressio.fr/expressions/avo … e-loup.php
qui signifie bien sûr avoir très faim.
Son origine :
Le loup a une place très importante dans les contes, légendes et mythologies des pays européens. Souvent avec des aspects très négatifs (les démons vêtus de peaux de loup, le loup-garou, le grand méchant loup...) mais aussi, et plus récemment, plus positifs ou même tendres (mon p'tit loup, mon gros loup...).

L'origine de notre expression est facile à comprendre : la faim qui tenaille est 'dévorante', autant que le loup est réputé dévorer ses proies.

Cette expression, sous sa forme actuelle, n'est attestée que depuis le XIXe siècle.
Mais le symbole de voracité et méchanceté qu'est le loup depuis très longtemps avait fait naître des variantes bien avant puisqu'au XVIIe siècle, par exemple, on disait 'manger comme un loup'.

'de loup ' a une valeur intensive qu'on retrouve aussi dans "un froid de loup", tout aussi glacial que celui "de canard" même si le volatile n'est pas connu pour agresser les brebis et les petits chaperons rouges.

« Avoir vu le loup » http://www.expressio.fr/expressions/avo … e-loup.php
signifie avoir eu des relations sexuelles, en parlant d'une jeune fille.(et oui...)
Son origine : Avant le début du XVIIIe siècle, date d'apparition de son sens actuel, cette expression était simplement liée à la chasse au loup, activité considérée comme dangereuse. Elle désignait une personne aguerrie, expérimentée.

Mais au XVIe siècle, "la danse du loup" désignait l'acte sexuel et au XVIIe, "danser le branle du loup" voulait dire "faire l'amour" (exercice pour ce soir : dire à son conjoint « dis-moi chéri(e), et si on dansait le branle du loup ? »).

Avec le temps, la perte des valeurs liées à la chasse au loup, a transformé la signification de l'expression en la mêlant à celui des deux autres locutions, tout en y gardant le sens de 'expérimenté' : la jeune fille qui a "dansé le branle du loup" a maintenant de l'expérience dans ce domaine, même si elle n'est que balbutiante.

L'expression aurait pu simplement être : "avoir dansé le branle du loup". Mais, avec le mot 'branle', elle aurait été trop explicite et comme il ne fallait parler de ces choses-là qu'à mots couverts...

Voilà ! "Enfantin" Non ??


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#35 05-11-2008 12:41:59

Bagou
Membre
Date d'inscription: 21-09-2006
Messages: 901

Re: La langue de chez nous....

AVOIR VU LE LOUP

Renaud en a fait une magnifique chanson.

Elle a vu le loup 
   
T'as vu Lolita,
Ta pote Marylou,
Qu'a quinze ans comme toi,
Qu'j'ai connue bout de chou,
T'as vu comme elle a
changé tout d'un coup ?
Eh ben, ma doudou,
Elle a vu le loup.
J'vais pas lui r'procher,
Eh, c'est pas un crime,
A peine un pêché,
Et des plus minimes.
D'après sa copine,
Qui l'a balancée,
C'est à la mi-août
Qu'elle a vu le loup.

C'est plus pour la frime
Que pour le frisson
Qu'un soir de déprime
Un gentil couillon
A eu le grand bonheur
De gagner l'pompon,
De cueillir sa fleur
Avant la saison.

Hormis la jouissance
D'emmerder ses vieux,
Y avait pas urgence,
Y avait pas le feu,
D'autant qu'la romance
A duré bien peu.
Elle a vu le loup
Deux minutes en tout.

Pour la performance,
Et puis pour l'extase,
La pauvre est, malchance,
Tombée sur un naze,
Vilain comme un pou,
Maladroit comme tout.
Elle a vu le loup,
Il vaut pas un clou.

Elle a vu le loup,
Tant mieux ou tant pis,
C'était pas un bon coup,
Ni un bon parti.
J'lui jette pas la pierre,
J'crée pas une émeute.
Y paraît qu'sa mère
A vu toute la meute.

Quant à toi, ma douce,
Ma jolie pucelle,
Suce encore ton pouce,
Joue à la marelle.
C'qu'a fait Marylou,
Eh ben, tu t'en fous.
Elle a vu le loup,
C'était un voyou !

Mais j'espère, ma douce,
Que quand viendra l'heure
De prendre cette Bastille
Sous ta robe à fleurs,
Le loup aura l'heur
De te plaire autant
Pour son joli cœur
Que pour ses talents.

S'il est, ce beau jour,
Doux comme un agneau,
Donne lui ton amour
En paquet-cadeau,
En plus du diamant
Que tu gardes encore,
Mais combien de temps ?
Au creux de ton corps.

(Renaud Séchan)

Hors ligne

 

#36 05-11-2008 12:51:26

TeeC
Membre
Date d'inscription: 15-11-2004
Messages: 3603

Re: La langue de chez nous....

De mistral gagnant,Renaud nous a emmené à " elle a vu le loup". Oui, Lola a grandi.

Et sur le site qu'aime bien P'tit tono, celui de Beausoleil, j'ai vu le loup de Brassens  dans :

1>   JE ME SUIS FAIT TOUT PETIT

2>LE PLURIEL

3>DIEU S'IL EXISTE

4>ONCLE ARCHIBALD

5>SAUF LE RESPECT QUE JE VOUS DOIS


et pour compléter  l'affiche de Pareloup des copains d'accord's :

en Aveyron, d'autres lieux évoquent le loup :

Sur l'Aubrac et la bête du Gévaudan y a également sévi : Brameloup
Tout près de Rodez : La Loubière.

Dernière modification par TeeC (05-11-2008 12:52:18)


Mettez une chouette dans votre coeur. GB

Hors ligne

 

#37 05-11-2008 18:25:52

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Revenons à nos moutons ! Euh pardon nos loups (les moutons seront pour une autre fois, promis)
« A force de crier au loup » (source inconnue)
Signifie : à force de donner de fausses alertes... l'alerte véritable n'est plus écoutée.
Origine: Le 'loup' est comparé à un danger ou un risque quelconque.
Et "crier au loup" est une locution à part entière qui signifie "alerter d'un danger (parfois en exagérant son importance)".
Cette expression est le plus souvent suivie d'une négation ("plus personne ne réagit", "on ne s'attend plus à ce que (quelque chose) arrive"...).

L'expression étant très ancienne, l'association du loup au danger est parfaitement compréhensible.

C'est Esope qui, quelques siècles avant J.C., dans la fable "le garçon qui criait au loup", mit en forme cette histoire du jeune berger qui, parce qu'il s'ennuyait, se fit un malin plaisir de crier inutilement au loup, histoire de voir les villageois venir les secourir, lui et son troupeau. Comme sa plaisanterie stupide avait très bien marché, il la recommenca un peu plus tard avec le même résultat.
Mais quand le loup commença réellement à attaquer son troupeau, il eut beau crier, plus personne ne bougea.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#38 05-11-2008 19:20:42

Pierrot
Membre
Date d'inscription: 27-08-2006
Messages: 295

Re: La langue de chez nous....

Natacha a écrit:

Revenons à nos moutons ! Euh pardon nos loups (les moutons seront pour une autre fois, promis

Pourtant des moutons aux loups il n'y a parfois pas bien loin. . . .

http://images4.hiboox.com/images/4508/a0b1e6999e88822cc0bbfa52b3e3ea86.png


La lune est le soleil des statues.
         Jean Cocteau

Hors ligne

 

#39 05-11-2008 20:17:42

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7507
Site web

Re: La langue de chez nous....

Loup?... Leu?...

A la queue leu leu 
Avancer à la queue leu leu 
Se suivre à la queue leu leu 


C’est le latin "lupus" qui donna au XIe siècle les noms "leu" et "lou". Deux décennies plus tard y sera ajouté un "p" donnant notre actuel "loup". Toutefois la forme "leu" subsistera jusqu’au XVIe siècle. "A la queue leu leu" renvoie donc aux loups qui, se déplaçant bien souvent en meutes, se suivent et marchent dans les pas les uns des autres, soit "les uns derrière les autres".


Sitting Bull

à Georges Brassens,   CLIC -> -> -> ->  http://ca-rime-a-rien-ca-rime-atout.sim … /442762609

En ligne

 

#40 05-11-2008 20:43:37

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Trés juste Sitting....Leu = Loup.

Le mot leu signifie en ancien français loup.
Cette forme ancienne était d'usage jusqu'au XVIième s., mais a subsisté plus tard dans les dialectes.

L'expression à la queue leu leu devrait a priori se traduire littéralement par à la queue loup loup...
Mais cette formulation aujourd'hui étrange répond à la syntaxe de l'ancien français, qui permettait notamment l'impasse sur l'article et la préposition "de" dans certains contextes, comme dans Bourg-la-Reine qui signifie le bourg de la reine.

Partant de cette observation, plusieurs formulations peuvent être entrevues, dont à la queue (du) leu (le) leu.

Mais il semble à présent y avoir un loup (pardon un leu) de trop et on se contenterait bien d'un à la queue (du) leu ...

Une hypothèse serait que la bonne reformulation de à la queue leu leu repose sur à la queue, le leu... faisant ainsi avantageusement disparaître l'un de nos loups...parce que l'article "le" se serait transformé en "leu" par assimilation avec le son voisin, donnant ainsi à la queue, leu leu.

Toujours dans cette hypothèse, à la queue, le leu(loup) était un jeu où les enfants criaient à la queue! pour donner le signal de se mettre en ligne, puis criaient le leu(loup)! pour alerter de l'attaque du joueur ayant le rôle du loup.
Tout se tiendrait, donc, la forme et l'origine du sens...

Mais, là encore, il y a matière à discussion, puisque certains y voient de vraies loup, qui lorsqu'ils se déplacent, se déplacent en file, les uns derrière les autres, le nez de chaque loup touchant presque la queue du loup qui le précède.
Là on rejoint l'ami Sitting ...

Alors, comment y retrouver ses petits ...à moins que le loup (ou le leu )...?

A noter un nom très répendu en France: Leleu ...


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#41 05-11-2008 20:56:46

TeeC
Membre
Date d'inscription: 15-11-2004
Messages: 3603

Re: La langue de chez nous....

Dans mes cartons à dessin, j'ai cette affiche qui m'est très chère. Les feuilles mortes de Prévert, de Gainsbourg ne sont pas foulées par un loup. Celles du Gévaudan, par une bête ? Laquelle ?

http://img366.imageshack.us/img366/7409/loupbaz3.jpg


Mettez une chouette dans votre coeur. GB

Hors ligne

 

#42 05-11-2008 21:23:06

Marco
Membre
Date d'inscription: 27-08-2006
Messages: 1152

Re: La langue de chez nous....

Puisqu'il est ici question de loup , puis de petite fille sur l'affiche , ajoutons la grand-mère
pour raconter cette petite blague afin de finir la soirée sur un sourire....

Une petite fille et sa grand-mère se promènent dans la forêt. Après une heure de promenade, la petite fille demande à sa grand-mère :
- Dit mémé... quel bruit il fait le loup ?
- Je ne sais pas ma fille, répond la grand-mère.
Au bout de quelques instants, la fillette demande à nouveau à sa grand-mère :
- Mémé, tu sais pas quel bruit il fait le loup ?
- Non, lui dit la grand-mère.Une fois arrivées à la maison, la petite fille reposa la même question à sa grand-mère :
- Mémé à ton âge tu dois savoir quel bruit font les loups la nuit...
- Bin tu vois ma petite fille, répond la grand-mère, je sais plus du tout....
- Ah bon... alors tu peux me dire depuis quand tu n'as plus fait l'amour ???
- Waooooooooouuuuuuuuuuuh !!!   

Bonne nuit les p'tits loups et ne révez pas du grand méchand loup !


Afin d'amuser la galerie
Je crache des gauloiseries.

Hors ligne

 

#43 06-11-2008 09:36:24

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Dans la forêt on y trouve aussi des mouches.......

Dans le titre "Je me suis fait tout petit"….GB chante

J'était dur à cuire... ell' m'a converti,
La fine mouche http://www.expressio.fr/expressions/une-fine-mouche.php

Signification : Une personne fine, astucieuse, rusée.
Origine : Plusieurs sources s'accordent pour dire que cette expression vient du sens argotique de 'mouche' qui, déjà en 1389, désignait un menteur ou un espion (ce dernier devant obligatoirement être quelqu'un d'astucieux pour ne pas être démasqué ou repéré).

La mouche, comme de nombreux autres insectes, est un animal agile, insaisissable ; il peut aisément observer sans avoir été repéré.

C'est de l'insaisissabilité et des capacités d'observation discrète de l'insecte que vient le sens argotique de 'mouche', mais c'est aussi de la vivacité du diptère, représentative de l'esprit de notre fine mouche que, par métaphore et par extension, est née notre expression en 1486.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#44 06-11-2008 12:49:52

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7507
Site web

Re: La langue de chez nous....

En attendant le baiser qui fera mouche ,
Le baiser qu'on garde pour la bonne bouche,
En attendant de trouver, parmi tous ces galants,
Le vrai merle blanc,
En attendant qu' le p'tit bonheur ne t'apporte
Celui derrièr' qui tu condamneras ta porte
En marquant dessus "Fermé jusqu'à la fin des jours
Pour cause d'amour "...

.......


« Faire mouche »


Atteindre son but.
Toucher juste.


La mouche n'est pas un insecte des plus appréciés, comme le sont la coccinelle ou l'abeille, par exemple. Ne parle-t-on pas de chiures de mouche pour désigner des petites saletés ou de pattes de mouche pour critiquer une écriture toute petite et difficile à lire ?
Mais le diptère bourdonnant et agaçant n'est pour rien dans notre expression du jour. Le sujet n'est pas non plus cette mouche, ce tout petit morceau de tissu noir que les coquettes des XVIIe et XVIIIe siècles se collaient sur le visage ou la gorge, comme un grain de beauté, histoire de rehausser la blancheur de leur peau, attribut indispensable des belles de l'époque.

Si vous avez déjà tiré à l'arc, tiré au fusil dans un stand ou bien joué aux fléchettes, vous connaissez l'apparence d'une cible, ce rond aux cercles concentriques de plusieurs couleurs et dont le centre, le point que chacun cherche à atteindre pour montrer son habileté, est généralement noir.

Maintenant, éloignez-vous suffisamment de la cible pour que le centre noir soit tout petit et ressemble à une mouche posée à cet endroit.
Si jamais en tirant vous touchez cette 'mouche', autrement dit, si vous faites mouche, c'est que vous êtes plutôt un bon tireur.

C'est de cette mouche-là que vient notre expression qui date du XIXe siècle et qui, au figuré, indique qu'on atteint le résultat visé ou qu'on touche un point sensible.


Sitting Bull

à Georges Brassens,   CLIC -> -> -> ->  http://ca-rime-a-rien-ca-rime-atout.sim … /442762609

En ligne

 

#45 06-11-2008 18:42:20

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Sitting , il semble que nous ayons les mêmes sources en ce qui concerne les expressions françaises...
Mais le vrai plaisir dans ce domaine c'est de participer en recherchant l'origine ,de soumettre des pistes
et d'échanger ses trouvailles , exercice parfois très long mais ô combien passionnant !...
Quand on se pique au jeu....

...Bon continuons dans cette série .

« Prendre la mouche » http://www.expressio.fr/expressions/pre … mouche.php

Se fâcher, s'énerver brusquement, souvent pour une raison futile.

Bien qu'il soit question de mouches, et malgré ce que pourraient croire certains esprits mal tournés, le verbe 'prendre' n'a pas ici son autre sens classé X, que certaines personnes trop tatillonnes appliquent parfois à ces malheureux diptères .
Non, 'prendre' signifie ici "recevoir" ou "ressentir l'effet de" comme dans "prendre ombrage".

  Qui s'est déjà promené au fin fond des campagnes françaises, aura pu parfois constater, dans un pré voisin, qu'une vache est soudain devenue comme folle, se mettant à courir en meuglant à travers son lieu de pâture, alors qu'aucune de ses congénères n'avait l' air de l'avoir spécialement perturbée. Et, inévitablement, vous vous dites alors "mais quelle mouche l'a donc piquée ?".
  Eh bien justement ! Imaginez-vous à sa place, en train de brouter tranquillement, lorsque, alors que vous soulevez votre  queue histoire de lâcher tranquillement une de ces bouffées de méthane qui participent à la pollution de notre atmosphère, un taon espiègle vienne par là planter son dard dans une zone très sensible.
Dans ces conditions, une fois qu'on sait tout, on comprend très bien la réaction brutale du ruminant.
Mais vu de l'extérieur, ce bovin paraît s'être énervé d'un coup pour rien.

Cette expression date du milieu du XVIIe siècle (mais "prendre mouskes" existait déjà au XIVe). À cette époque, le terme 'mouche' désignait tous ces insectes volants et agaçants que sont les mouches, les guêpes, les bourdons, les frelons, les taons, etc.
Et pour expliquer encore plus la naissance d'une telle expression, il est intéressant de savoir qu'au XVIe siècle, 'mouche' employé au figuré désignait aussi une pensée brusque ou un souci.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#46 06-11-2008 19:18:08

P'tit tono
Membre
Lieu: Toujours au bar
Date d'inscription: 25-08-2006
Messages: 2394

Re: La langue de chez nous....

C'est comme vous voulez...
Il m'arrive de faire mouche , de la prendre ou de la piquer...Le résultat est le même !!

http://images2.hiboox.com/images/4508/4ec4692b54ffd8fd31230cd90fe98ec6.jpg


Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait le vin.
Victor Hugo

Hors ligne

 

#47 07-11-2008 05:34:13

Phil.B
Membre
Date d'inscription: 25-04-2007
Messages: 322

Re: La langue de chez nous....

Il n'y a pas qu'à Beaune qu'on trouve des mouches.
Un quartier de Lyon, près de Gerland, porte ce nom "La mouche". C'est là que furent fabriqués les bateaux qui servirent au transport des parisiens sur la Seine ("Du pont d'Iéna au pont Alexandre") avant de ne plus être utiles qu'aux touristes.

Phil.

Hors ligne

 

#48 07-11-2008 07:37:39

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Merci Phil , j'avoue apprendre là quelque chose en retour...cela me laisse à penser que cette
rubrique à peut-être un intéret culturel grace à toutes vos remarques et réponses.
A plus tard.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#49 07-11-2008 08:41:20

copains d accord s
Membre
Lieu: Baraqueville
Date d'inscription: 08-11-2003
Messages: 2186
Site web

Re: La langue de chez nous....

Natacha a écrit:

cela me laisse à penser que cette
rubrique a peut-être un intérêt culturel grâce à toutes vos remarques et réponses.

Peut-être, non Natacha mais certainement oui.
PhilB enrichit mes connaissances économiques et géographiques avec ces bateaux mouches. Tiens encore de la géographie, il me dira s'il connaissait ce point :

Sur le site ADG, dans les 50 dernières infos, j'ai lu que notre ami qui fait fleurir les amandiers sera demain samedi à Clermont l'Hérault.
Particularité de cette petite ville ?
Elle est jumelée avec Baraqueville, là où se trouve l'école Brassens, l'école des copains d'Accord's.
Le 7, Phil chantera près du plus grand lac de l'Hérault, le Salagou.
Le lendemain, les copains d'accord's chantent près du plus grand lac du Sud de la France : Pareloup


"La nuit, même la lune ne se refléterait pas dans le lac sans le soleil."


http://img56.imageshack.us/img56/2854/paresalnm0.jpg

Dernière modification par copains d accord s (07-11-2008 08:42:27)

Hors ligne

 

#50 07-11-2008 10:40:38

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Merci TeeC

Pour varier un peu voici quelques citations sur la mouche:

On a remarqué que de tous les animaux, les femmes, les mouches et les chats sont ceux qui
passent le plus de temps à leur toilette.
[Charles Nodier]

Il y a deux façons d'enculer les mouches : avec ou sans leur consentement.
[Boris Vian]

Quelle haleine ! Il n'a jamais pu attraper une mouche vivante.
[Jules Renard]

Le poisson est un animal susceptible : en présence du pêcheur, il prend facilement la mouche.
[Noctuel]

La seule véritable bête de somme, c'est la mouche tsé-tsé.
[Pierre Dac]

Si Noé avait vraiment été un sage, il aurait tapé sur ces deux mouches.
[Helen Castle]

Une petite mouche fait péter un bel âne.
[Proverbe agenais]   ..................................  Est-ce vrai Pierre (ADSA) ??

Il y a un proverbe chinois qui dit : quand on est une mouche, on a souvent des amis dans le besoin.
[Philippe Geluck]

J'ai bien observé les mouches. Je ne comprends pas pourquoi on dit qu'elles sont sales.
Elles s'essuient toujours les mains avant de passer à table.
[Patrick Sébastien]


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson