Le forum des ADG

Vous n'êtes pas identifié.

#76 19-11-2008 20:34:18

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7535
Site web

Re: La langue de chez nous....

Hum et grain en grain, j'en prend de la graine ou la casse...
Mais mon grain de sel à moi, ne serait-ce pas de préciser qu'il vaut mieux avoir un grain à moudre, plutôt qu'un grain tout court...

Bonne nuit...

Et sorry, c'est tellement amusant de jouer avec les mots !

Hugh !

Sitting


Sitting Bull

à Georges Brassens,   CLIC -> -> -> ->  http://ca-rime-a-rien-ca-rime-atout.sim … /442762609

Hors ligne

 

#77 19-11-2008 20:48:21

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

...Toujours est-il que Sitting en rajoute un grain !
A ce propos saviez-vous que « Veiller au grain » http://www.expressio.fr/expressions/vei … -grain.php
qui signifie se tenir sur ses gardes ou
prévoir et prévenir le danger n'a pas le sens auquel on pense le plus souvent ?
Si vous imaginez un paysan au bord de son champ de blé, en train d'en surveiller la pousse, vous avez tout faux !
Si vous pensez à un poulet qui surveille du coin de l'oeil sa mangeoire c'est encore loupé !
Cette expression est empruntée au langage maritime où un grain est un coup de vent brutal et court,
ou un nuage qui l'annonce.
Un bon marin doit donc être constamment sur ses gardes pour pouvoir réagir rapidement si un grain s'abat sur le navire.
Bon vent...Euh bonne nuit.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#78 19-11-2008 21:12:32

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7535
Site web

Re: La langue de chez nous....

Et encore tellement d'autres grains, comme un grain qui éclate :

pop-corn ?

ou

orage ?

ici voici au moins 26 grains avec expressions :

http://www.mediadico.com/dictionnaire/d … on/grain/1

Bonne Nuit

Sitting


Sitting Bull

à Georges Brassens,   CLIC -> -> -> ->  http://ca-rime-a-rien-ca-rime-atout.sim … /442762609

Hors ligne

 

#79 19-11-2008 21:27:37

P'tit tono
Membre
Lieu: Toujours au bar
Date d'inscription: 25-08-2006
Messages: 2399

Re: La langue de chez nous....

Alors là , moi aussi je peux dire qu'il m'arrive de veiller au grain !!...

http://images2.hiboox.com/images/4708/e5fedc6134e12cfcd482697caeb2632f.jpg


Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait le vin.
Victor Hugo

Hors ligne

 

#80 20-11-2008 16:17:02

pat
Membre
Date d'inscription: 12-02-2008
Messages: 1664

Re: La langue de chez nous....

j ai mélangé pensée du jour et langue de chez nous deux rubriques différentes j avoue ne pas etre très au fait de tout cela,mille excuses..


Pendant quelques instants secrets...

Hors ligne

 

#81 20-11-2008 17:35:53

TeeC
Membre
Date d'inscription: 15-11-2004
Messages: 3603

Re: La langue de chez nous....

L'ami Pat sur un autre site, où l'on ne gagne jamais d'images, nous parle de Fallet, du Beaujolais nouveau qui est arrivé aujourd'hui, et Carmet est là aussi.
Je ne citerai persone, mais sur ce site j'en connais un qui sera particulièrement attentif...

http://img237.imageshack.us/img237/9176/beaujolaiszs3.jpg


Mettez une chouette dans votre coeur. GB

Hors ligne

 

#82 21-11-2008 12:35:08

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonjour
Restons dans la marine….
On peut donc veiller au grain mais cependant « Etre mal barré » ,
http://www.expressio.fr/expressions/etre-mal-barre.php
surtout après avoir abusé d’une bouteille de « vent marin » comme le suggère p’tit tono….
Cette expression veut dire Être mal engagée (à propos d'une action ou d'une affaire).
Aller à l'échec, au devant de gros ennuis (à propos d'une personne).
L'origine : Il fait nuit. Vous êtes à bord d'un petit bateau pris dans la tempête, à proximité immédiate de la côte rocheuse battue par les vagues.(comme dans le bateau de pêche)
Le drame commence. Votre compagnon d'infortune, le propriétaire et pilote de votre coquille de noix, tombe dans l'eau glaciale et coule immédiatement.
Vous restez seul à bord en n'ayant aucune expérience de la conduite de ce machin qui flotte encore (pour l'instant !) mais qui est si fortement balloté par de méchantes houles que vous vous demandez s'il ne va pas se retourner d'un instant à l'autre, avant même que vous vous fracassiez sur les rochers.

N'écoutant que votre instinct de survie, vous prenez la barre (oui, vous savez, ce truc qui permet de diriger le bateau) et tentez de mener votre embarcation dans la passe qui mène à la crique abritée que vous avez aperçue à la lueur d'un éclair (qui par chance, ne s'est pas abattu sur votre frêle esquif).

Considérant que, 'barrer' un navire, c'est en tenir la barre pour le diriger, il apparaît évident que si, dans une telle situation, vous pilotez ou barrez mal votre bateau, vous êtes mal barré !

Vous en faut-il vraiment plus pour comprendre l'origine de cette expression, métaphore argotique qui vient incontestablement de la marine (et ce, depuis le milieu du XXe siècle) ?


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#83 21-11-2008 21:05:34

Bagou
Membre
Date d'inscription: 21-09-2006
Messages: 905

Re: La langue de chez nous....

Un p'tit coucou à Renaud en passant.....

Mal barrés (Renaud - Album: Boucan d'enfer)

Un petit couple d’amoureux
Dans un bistrot de banlieue
Assis sur la banquette
Se roule des pelles à qui mieux-mieux
Les prolos silencieux
Observent la conquête
Moi je suis accoudé au bar
Et je rigole à part
En matant le tableau
Je les vois vingt ans plus tard
Et ça m' fout un cafard
A couper au couteau

C’est tout jeune et ça ne sait pas
Que pour les amoureux, hélas
La vie est bien dégueulasse
Un beau jour les filles se cassent
Et voilà...

Un petit couple d’amoureux
Se regarde dans les yeux
Et parle d’avenir
D’une vie en rose et bleu
Que des moments heureux
De la joie, du plaisir
Moi j'pense à la jalousie
A la haine, à l’ennui
Qui s’installent chaque jour
Je pense à la vie quotidienne
Je pense au poids des chaînes
Qui détruisent l’amour

C’est tout jeune et ça ne sait pas
Que pour les amoureux, hélas
La vie est bien dégueulasse
Un beau jour l'amour se lasse
C'est comme ça...

Un petit couple d’amoureux
Qui ferait peut-être mieux
D’en finir tout de suite
Quelques ébats délicieux
Pour trois jours, puis adieu
On s’aime et on se quitte
Pourquoi vouloir à tout prix
Vivre toute une vie
Dans la même galêre
Le bonheur reste toujours
L’affaire de quelques jours
Pas d’une vie entière

C’est tout jeune et ça ne sait pas
Que pour les amoureux, hélas
La vie est bien dégueulasse
Un beau jour l’amour se casse
Comme toi ...

Hors ligne

 

#84 24-11-2008 16:52:22

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonsoir
J'espère que vous avez passé un agréable "week end" malgré ce « temps de chien»
http://www.expressio.fr/expressions/un- … -chien.php
Alors pourquoi dire un temps de chien pour dire un très mauvais temps ??"
-"de chien" est un qualificatif désignant un excès, comme dans "une humeur de chien",
"un mal de chien" ou "une vie de chien", par exemple.

Il part de l'idée que le chien est une sale bête, un animal méchant et méprisable.
Certains musulmans se servaient et se servent toujours de l'injure "chien de chrétien" (ou "chien de roumi" autrefois) pour désigner un occidental ; Voltaire, entre autres, la cite au XVIIIe siècle.
En Palestine, au Ier siècle, l'expression "chien de païen" était couramment utilisée, paraît-il.
Et dans l'Evangile selon Matthieu, il est écrit que Jésus a dit : "Ne donnez pas les choses saintes aux chiens" et "Il n'est pas juste de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens".
Autant dire que selon les endroits et les périodes, le joyeux aboyeur et tartineur de trottoirs n'était et n'est pas vraiment bien considéré.

Sans que ce soit une certitude, il est possible que les expressions avec "de chien" viennent d'une inversion de celles avec "chien de" ou "chienne de".
On dit aussi en effet "chienne de vie" ou "chien de pays", par exemple. Mme de Sévigné, Molière ou Voltaire, encore, utilisaient souvent ces expressions.

Et les autres formes où cette pauvre bête est mal traitée abondent : "prendre quelqu'un pour un chien", "se faire traiter comme un chien", "être chien avec quelqu'un"...

Vu la haute considération portée au meilleur ami de l'homme dans ces locutions, on peut se dire que les conditions météorologiques qui permettent de dire "il fait un temps à ne pas laisser un chien dehors" doivent vraiment être plus qu'exécrables.

Ceci dit , personnellement j'adore les chiens...


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#85 24-11-2008 17:31:28

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7535
Site web

Re: La langue de chez nous....

Paul Louka  Rendez-Vous  1970

C'était un temps à ne pas mettre un chien dehors,
Même les chats et les souris seront d'accord.
Mon parasol faisait naufrage
Dans la tempête et sous l'orage.
Moi, j'étais là depuis longtemps,
Que faisiez-vous pendant ce temps ?

La flotte était au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous.
La flotte était au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous.

C'était un temps à ne pas mettre un chien dehors,
Même les flics et les truands seront d'accord.
Ma bicyclette faisait naufrage
Dans les sapins, loin du village.
Moi, j'étais là depuis longtemps,
Que faisiez-vous pendant ce temps ?

La grippe était au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous.
La grippe était au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous.

C'était un temps à ne pas mettre un chien dehors,
Même les nonnes et les catins seront d'accord.
Ma pauvre vie faisait naufrage,
Je quittais déjà le rivage.
J'avais déjà les pieds devant,
Que faisiez-vous pendant ce temps ?

La faux était au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas toi.
La faux était au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous.

C'était un temps à ne pas mettre un chien dehors
Et c'est pourtant ce matin-là que je suis mort.
Pour suivre mon enterrement,
Au son des fifres et des trombones,
Les chats, les souris, les truands,
Les flics, les catins et les nonnes

Sont tous venus au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous,
Sont tous venus au rendez-vous,
Mais pas vous, mais pas vous.

Paul Louka, chanteur belge, peintre, et ami de Brassens et qui a fait des premières parties, en recitals, avec Georges dans les années 70...

Temps d'chien, mouais!!!... et dès lors, on voit plus un chat !!!!

Bonne Soirée

Sitting

Dernière modification par Sitting Bull (24-11-2008 17:37:51)


Sitting Bull

à Georges Brassens,   CLIC -> -> -> ->  http://ca-rime-a-rien-ca-rime-atout.sim … /442762609

Hors ligne

 

#86 24-11-2008 19:26:07

cfranny
Invité

Re: La langue de chez nous....

"Au rendez-vous des bons copains y'avait pas souvent de lapin"
Et pourquoi dit-on poser un lapin ? Devant un fusil ? Y a-t-il un animal qui détale plus vite qu'un lapin ?
Natacha, des questions pour toi ! wink
Franny

 

#87 24-11-2008 19:36:35

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonsoir Franny
"Poser un lapin" http://www.expressio.fr/expressions/poser-un-lapin.php
donc faire attendre quelqu'un en n'allant pas au rendez-vous fixé.
C'est simple , depuis longtemps, le terme 'lapin' est associé à la resquille, aux opérations faites en douce ou à la gratuité indue, par défaut de paiement.

Vers 1880, coller un lapin ou poser un lapin, c'était ne pas rétribuer les faveurs d'une fille de petite vertu (d'où l'habitude qu'elles ont maintenant de faire payer avant de pratiquer leur art).
"Tu montes mon lapin ?"
Cette idée de resquille ou de manquement à ses engagements, amalgamée avec la locution en usage "laisser poser quelqu'un" pour dire "lui faire faux bond", fit adopter l'expression par les étudiants pour signifier ne pas venir à un rendez-vous.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#88 25-11-2008 09:36:31

cfranny
Invité

Re: La langue de chez nous....

Whaw... "Tout est bon chez elle y'a rien à jeter"    Natacha, tu m'en bouche un coin.
Est-ce dans le même sens de resquille et de gratuité indue qu'on dit d'un homme : c'est un fameux lapin ?
Amicalement   roll

 

#89 25-11-2008 18:05:06

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Dire d'un homme que c'est un fameux lapin ou plutot même « Un chaud lapin »
http://www.expressio.fr/expressions/etr … -lapin.php
signifie qu'il est très porté sur les plaisirs sexuels.

Humez-moi ce fumet qui se dégage de ce civet qui mijote sur la plaque de cuisson !
C'est ce qu'on peut appeler un excellent et, forcément, chaud lapin.
Mais celui-ci n'est malheureusement et définitivement plus en état de se comporter comme notre chaud lapin du jour.

Ceux qui ont eu l'occasion d'avoir un clapier avec, au départ, deux lapins, un mâle et une femelle, ont eu l'occasion d'assister au miracle de la multiplication des petits lapins.
Ils savent en effet que, en raison d'une certaine activité frénétique (dont je tairai les détails car des oreilles chastes me lisent), les deux lapins ne restent pas longtemps seuls, et qu'il faut assez peu de temps pour que le clapier devienne un peu surpeuplé, sauf si le civet mijote tous les jours, histoire d'éviter que les petites bêtes soient trop à l'étroit.

Il est en effet intéressant de savoir que la gestation d'une lapine ne dure que 31 jours et que, à peine 24 heures après la mise bas d'une portée pouvant comporter jusqu'à 12 lapereaux, elle peut à nouveau être fécondée, ce que le lapin mâle ne se prive pas de faire si jamais les bestioles sont laissées ensemble.

Avant d'oublier un peu ce cours de sciences naturelles, il faut quand même retenir que le lapin dispose d'une santé de fer et d'une ardeur inextinguible, dès qu'il s'agit de copuler.

On comprend alors qu'on puisse affubler un homme du terme de chaud lapin dès qu'il se comporte avec la même ardeur que le véritable lapin.

Les femmes diront, pas forcément à tort, que beaucoup d'hommes, en général jeunes, sont potentiellement des chauds lapins. Sauf qu'ils n'ont pas tous les moyens physiques (apparence, résistance) de l'être réellement.

http://www.icone-gif.com/gif/animaux/lapins/lapin007.gif


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#90 28-11-2008 08:13:11

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonjour ,
Passons à autre chose...
Dans « Auprès de mon arbre »
J'ai foutu le camp,
Parc'que, depuis tant d'années,
C'était pas un' sinécure http://www.expressio.fr/expressions/ce- … necure.php
De lui voir tout l' temps le nez
Au milieu de la figure...

Ce n'est pas une situation, un emploi, quelque chose de facile ou de tout repos.
Ce n'est pas une mince affaire.
Peut-on réellement considérer cette phrase comme une expression ?

Car on la prononce simplement comme un constat, pour désigner une situation qui n'est pas... une sinécure.
C'est un peu comme si vous disiez, en voyant un vélo : "ce n'est pas une voiture" ou bien, en voyant un poisson rouge .

Sinécure est un mot qui date du début du XIXe siècle.
Il vient du latin "sine cura", abréviation de "beneficum sine cura" qui signifiait "bénéfice ecclésiastique sans souci, sans travail".
Il désigne d'abord une "situation de tout repos" ou bien un "travail rétribué dans lequel il n'y a rien ou peu de choses à faire".
Par extension, il signifie aussi une "chose sans importance ou insignifiante".
Si on retient l'acception "situation de tout repos", on peut, sans crainte de se tromper,
dire que quelqu'un qui va une semaine en thalassothérapie, par exemple, est à la fois curiste et sinécuriste.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#91 29-11-2008 14:51:14

pat
Membre
Date d'inscription: 12-02-2008
Messages: 1664

Re: La langue de chez nous....

en ce temps la je vivais dans la lune,les bonheurs d ici bas...je chantais pour des prunes...aujourd hui on ramasse des prunes a tous les carrefours..mais si Natacha voulait bien nous expliquer l origine de cette expression ce serait sympa,bien sur elle travaillera pour des prunes mais elle ne m en voudra pas j espere...(au fait "tu montes mon lapin m a fait me plier en deux l autre jour)amitiés.


Pendant quelques instants secrets...

Hors ligne

 

#92 29-11-2008 15:49:37

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonsoir Pat ...& Cie
L'expression "pour des prunes" http://www.expressio.fr/expressions/pour-des-prunes.php
signifie veut dire pour rien.
Il y a déjà longtemps que la prune ne désigne pas que le fruit.
En moyen français, depuis le XIIIe siècle, une 'prune' pouvait aussi être :
Un coup ("il s'est pris une prune, un pruneau"ça c'est plutôt du coté de nos amis d'ADSA) ;
De la chance (une bonne aubaine) ou de la malchance (un coup du sort), selon le cas ;
Quelque chose sans aucune valeur ("ne pas valoir prune" voulait dire "ne rien valoir" et "ne preisier/prisier une prune", c'était "n'avoir aucune estime pour quelqu'un").
C'est bien évidemment de cette dernière signification que notre expression est née au début du XVIe siècle, "ne preisier une prune" datant de la fin du XIIe.
Mais pourquoi une prune ne valait-elle déjà rien ?
Eh bien nous allons devoir remonter jusqu'aux premières croisades, au XIIe siècle.
En effet, une histoire raconte que, de la seconde qui fut un échec, les Croisés, vers 1150, ramenèrent des pieds de pruniers de Damas dont ils avaient pu se régaler des fruits sur place.
On peut alors parfaitement imaginer (mais là, nous entrons peut-être dans une légende) que, alors qu'ils faisaient au roi le compte-rendu de leur expédition, celui-ci très en colère se serait écrié :
"Ne me dites pas que vous êtes allés là-bas uniquement pour des prunes !", sous-entendant "pour rien".
L'entourage du roi puis le peuple aurait alors diffusé dans le pays ce sens très particulier de la 'prune'.
Si le sens originel de prune voulait donc dire "pas grand chose ",à contrario de nos jours
prendre une "prune"(contravention) peut coûter (très) cher....


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#93 29-11-2008 17:10:44

P'tit tono
Membre
Lieu: Toujours au bar
Date d'inscription: 25-08-2006
Messages: 2399

Re: La langue de chez nous....

S'prendre "une prune" de temps en temps, moi j'ai rien contre !...

http://images0.hiboox.com/images/4808/893f8e7d3283bbd236568e4d4e53e254.jpg


Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait le vin.
Victor Hugo

Hors ligne

 

#94 03-12-2008 12:19:16

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bien...
Enchainons par un petit bulletin météo !
Aujourd'hui  « Il tombe / pleut des hallebardes / des cordes »  http://www.expressio.fr/expressions/tom … cordes.php
Pleuvoir très fort, à verse.

Cette expression est citée par Furetière* à la fin du XVIIe siècle.

Pour ceux qui auraient oublié leur Histoire de France entre le XVe et le XVIIe siècle, une hallebarde est une sorte de longue lance munie à son extrémité d'un fer tranchant et pointu et de deux fers latéraux, l'un en forme de croissant, l'autre en pointe .

Alors, bien sûr, il est aisé de faire la comparaison entre la lance pénétrante et ces grosses gouttes de pluie glaciale qui 'transpercent' atrocement le péquin moyen qui traîne dehors sous l'orage.
Mais les choses ne sont toujours aussi simples qu'elle le paraissent !

En effet, depuis le milieu du XVIe siècle, le mot argotique 'lance' désignait de l'eau puis, par extension, de l'eau de pluie[1]. Le verbe 'lancequiner', apparu plus tard, avait d'ailleurs le sens de 'pleuvoir'.
Ce serait donc par simple substitution de quasi-synonymes que les hallebardes auraient remplacé les lances en y ajoutant une petite touche vieillotte, les premières étant, au moment de l'apparition de l'expression, en voie de disparition en tant qu'armes utilisées sur les champs de bataille.

Pour ce qui est des 'cordes', qui tombent autant que les hallebardes, elles viennent simplement de la comparaison avec des cordes de ces traits que l'on observe lorsqu'une pluie tombe dru (cette comparaison étant également possible avec des lances .

Exemple:..il lansquine, il pleut, vieille figure frappante, qui porte en quelque sorte sa date avec elle, qui assimile les longues lignes obliques de la pluie aux piques épaisses et penchées des lansquenets, et qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleut des hallebardes. »
Victor Hugo - Les misérables

[1] Et même de l'urine, d'où le terme chaude-lance, synonyme de chaude-pisse, nom argotique de la blennorragie .

*Poète, fabuliste, auteur de textes comiques et satiriques, Antoine Furetière est principalement connu pour son 'Dictionnaire universel'.Nommé membre de l'Académie Française en 1662.
Figure assez mal connue, Antoine Furetière incarne pourtant le renouveau et la modernité face au classicisme du Grand Siècle et demeure une référence pour les amoureux de langue française.

Dernière modification par Natacha (03-12-2008 14:19:07)


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#95 04-12-2008 21:43:01

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonsoir Orange
Poèsie rime avec fantaisie...
Je pense qu'il faut rattacher (faire le pont) ce vers simplement avec les 2 premiers du couplet précédent:

Oui, je suis tatillon, pointilleux, mais j'estime
Que le mari doit être un gentleman complet,
...........
...........
Mais si l'on tombe, hélas! sur des maris infâmes,
Certains sont si courtois, si bons, si chaleureux,...etc

Là ça sonne déjà mieux à l'oreille....

Bonne nuit.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#96 07-12-2008 11:18:39

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

« Peau de balle » http://www.expressio.fr/expressions/peau-de-balle.php
voici une expression très peu ou pas utilisée qui signifie"rien"...

Cette expression, dont il existe différentes formes depuis le Moyen Âge, n'a aucun rapport avec les balles de pistolet ou la baballe de votre toutou.

Cette balle là, désigne plus trivialement la roubignolle, la coucougnette ou le testicule...(on rejoint là un peu P.Perret)
Si cette bouboule et son inséparable copine d'à côté sont "des intimités masculines à ne pas dilapider" (Gaston Esnault, grand spécialiste de l'argot), forcément très précieuses aux yeux de son propriétaire, la peau qui les recouvre aurait autant d'intérêt et de valeur que celle des légumes ou des fruits qui est bonne à jeter....justement Orange parlait de ragoût !!

Je serais pourtant curieuse de savoir si un homme peut réellement se passer de cette peau de balle sans en subir quelques désagréments.

Si quelqu'un a eu l'occasion de le vérifier, qu'il me tienne au courant !

Désolée aujourd'hui nous ne faisons pas dans la dantelle....

Bon Dimanche tout de même !


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#97 07-12-2008 13:44:39

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Pourquoi ferais-je dans la dentelle pour copier coller une partie du travail effectué sur un autre site
auquel je suis membre actif depuis mars 2005 ?
Pour peu que tu aies trouvé le site en question  intéressant ce serait sympa de t’y joindre et d’y participer afin d’apporter et échanger tes connaissances (immenses j'en suis certaine), tu verras c’est très instructif et enrichissant, même si parfois cela relève de la prise de tête , alors là oui même le dimanche les neurones ne sont pas au repos.
Je ne pense pas une seule seconde que tu soit méchante ou que tu ais voulu discréditer ma démarche…
tu ne pouvais pas savoir tout simplement….
Amitiés.


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#98 07-12-2008 19:31:22

pat
Membre
Date d'inscription: 12-02-2008
Messages: 1664

Re: La langue de chez nous....

du calme les filles on ne sait jamais qui a raison...Natacha moi dans ces cas la je crois qu il faut "battre sa coulpe"..(pretexte pour placer une expression que j adore)..tu pourrais nous expliquer l origine et le sens?..bises..


Pendant quelques instants secrets...

Hors ligne

 

#99 07-12-2008 20:24:35

Natacha
Membre
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 353

Re: La langue de chez nous....

Bonsoir Pat .
C'est étrange cette demande car voici une expression dont la recherche est "en chantier"sur mon bureau depuis
quelques temps déjà.Mais ça avance doucement mais sûrement.
Pour commencer Coulpe on le constate vient du latin Culpa =Faute.
Battre sa coulpe, exprime son regret, s'avouer coupable..
En fait il s'agit d'un péché volontaire qui prive le pécheur de la grâce de Dieu.
Nous avons là affaire à un terme de dogme dans certains ordres religieux.
Autrefois les capucins disaient leur coulpe devant leur gardien, et en présence de tous les religieux.
Aujourd'hui encore on peut voir dans certaines religions des homme battre sa coulpe" : se frapper la poitrine du poing
en disant son "Mea Culpa" , ou qui se flagellent à sang.
A ce jour nous en sommes là ...
http://www.expressio.fr/expressions/bat … coulpe.php
Bonne nuit.

Dernière modification par Natacha (07-12-2008 21:29:21)


La femme est la poésie, l'homme la prose.

Hors ligne

 

#100 09-12-2008 13:37:04

pat
Membre
Date d'inscription: 12-02-2008
Messages: 1664

Re: La langue de chez nous....

ainsi tout s eclaircit,je me demandais bien ce qu etait cette couple qu il fallait battre...c est étrange que tu y avais pensé mais ça m arrive assez souvent une amie du forum pourra te le confirmer...Hasard? ondes qui se promènent?coincidence peut etre ....bonne soirée.


Pendant quelques instants secrets...

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson