Le forum des ADG

Vous n'êtes pas identifié.

#26 30-09-2014 20:17:04

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Certes, cette chanson n’a pas fait le « top-50 », l’auteure  (Ninon) et les chanteurs (Mitchou et André Bec) n’avaient a pas créé le tube de l’année…
Sinon dans mon cœur, mes émotions et ma mémoire, cette chanson est un pur bonheur que je vous invite à revivre, à remettre en vos oreilles…

… un bijou de douceur, de délicatesse et de poésie…. Avec l’art du clin d’œil et de paraphraser habilement Georges Brassens.

Cliquez sur le lien URL, ci-dessous :

http://www.dailymotion.com/video/xazjxn … dame_music



BRASSENS : L'Hommage de ses Belles Dames



                Comme surgies du haut des nues,
                En une folle sarabande
                Tes belles dames sont revenues
                Chargées de fleurs pour une offrande
                Pour égayer de leurs couleurs
                L'endroit sacré où tu reposes
                Elles ont rapporté chaque fleur
                Que tu leur offris dans ta prose.
                Margot, des plis de son corsage,
                La jolie fleur défendue
                Et Bécassine, les épis sages,
                Sur ses épaules répandus.
                Fanchon, Lili, Manon, Lisette,
                Des bouquets de petites fleurs,
                Qu'elles ont trouvées, sages grisettes,
                Bien cachées au bois de ton coeur.
                L'une portait des violettes,
                L'autre une gerbe de lilas
                Des marguerites, des pâquerettes,
                Myriades de fleurs au creux des bras;
                La brave Jeanne des immortelles,
                La pauvre vieille des fleurs des champs,
                La Peau de Vache en hésitant
                Mit une rose...et ses piquants.
                S'agenouillant, timidement
                Sur sa jupe de vilain métis
                Ninon posa, en soupirant
                Une larme...et un myosotis.
                                                        NINON


Bravo !
PS : je ne retrouve pas la version Mitchou

Bonne Nuit à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (30-09-2014 20:30:21)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#27 30-09-2014 20:34:10

ninon9
Membre
Date d'inscription: 05-04-2009
Messages: 7470

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Merci Sitting, merci pour ce geste....je te remercie vraiment de tout mon coeur et je salue tabonne mémoire.

Voilà comment je l'avais postée:

  Très timidement et sans prétention aucune, j'ai écrit ces quelques lignes... avec mon coeur... et je vous demande toute votre indulgence!

                              à GEORGES BRASSENS,

l'Hommage de ses Belles Dames.


                Comme surgies du haut des nues,
                En une folle sarabande
                Tes belles dames sont revenues
                Chargées de fleurs pour une offrande

                Pour égayer de leur couleurs
                L'endroit sacré où tu reposes
                Elles ont rapporté chaque fleur
                Que tu leur offris dans ta prose.

                Margot, des plis de son corsage,
                La jolie fleur défendue
                Et Bécassine, les épis sages,
                Sur ses épaules répandus.

                Fanchon, Lili, Manon, Lisette,
                Des bouquets de petites fleurs,
                Qu'elles ont trouvées, sages grisettes,
                Bien cachées au bois de ton coeur.

                L'une portait des violettes,
                L'autre une gerbe de lilas
                Des marguerites, des pâquerettes,
                Myriades de fleurs au creux des bras;

                La brave Jeanne des immortelles,
                La pauvre vieille des fleurs des champs,
                La Peau de Vache, femme cruelle
                Mit une rose...et ses piquants.

                S'agenouillant, timidement
                Sur sa jupe de vilain métis
                Ninon posa, en soupirant
                Une larme...et un myosotis.

                                                        NINON- KALOU

Dernière modification par ninon9 (30-09-2014 20:38:44)


...en rigolant pour faire semblant de n'pas pleurer...

Hors ligne

 

#28 30-09-2014 20:36:24

copains d accord s
Membre
Lieu: Baraqueville
Date d'inscription: 08-11-2003
Messages: 2183
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Sitting, je me demande si tu as partagé la loge de JJ Debout ce samedi au gala des ADG et tu en portes les séquelle collatérales.  . Bon, je ne sais pas si tu y vois encore  double, mais tu entends double. Les chanteurs ? Oui je le confirme j' y suis, mais Mitchou, je t'assure qu'il n'est pas venu enregistrer chez nous. J'ai beaucoup de sympathie et de tendresse pour lui, l'inventeur  de ce mot pour parler des copains d'accord's mineurs, les brassinous. Ah ! s'il avait été des nôtres, peut-être tenions nous le tube de l'année.
C'est sympa de proposer  Brassens l'hommage de ses belles dames, mais cette vidéo est de bien piètre qualité visuelle. Mais bon, elle a surtout le mérite de faire connaître ce poème.

Hors ligne

 

#29 30-09-2014 20:49:54

ninon9
Membre
Date d'inscription: 05-04-2009
Messages: 7470

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Sitting a raison....Mitchou (à qui je fais un petit coucou au passage) avait lui aussi mis en musique ce poème!


...en rigolant pour faire semblant de n'pas pleurer...

Hors ligne

 

#30 30-09-2014 20:58:34

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

André,

Mitchou venu enregistré chez toi, non... évidemment... lui, il a fait la sienne

... mais Mitchou a bien fait une version de cette jolie chanson poétique, qui elle, ne se trouve plus sur le "Net"...

L'alcool ne fait plus partie de mes breuvages depuis belle lurette et m'associer au comportement de J.J. Debout me fait beaucoup de peine... autant cela m'a fait du mal de le voir ainsi.
Tu parles de qualité moyenne de ta vidéo, mais rassure-toi, je me rappelle de la spontanéité avec laquelle l'intention, l'attention amicale de  "partage" était présente. Et cela ça efface toutes les imperfections techniques.

Ninon,

le copier-coller n'avait pas séparé les strophes de ton écrit, je m'apprêtais à le faire mais tu as été plus rapide, cela prouve bien que tu es attentive aux attentions et c'est bien ainsi.


Voilà...

faire renaître cette chanson me fait tout simplement du bien, ce qui,ma foi, est merveilleux.

Bonne Nuit à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (30-09-2014 21:15:26)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#31 30-09-2014 21:41:30

copains d accord s
Membre
Lieu: Baraqueville
Date d'inscription: 08-11-2003
Messages: 2183
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Sitting, tu penses bien me mes allusions à Debout te concernant ce n'était que de l'humour induit par le fait que je croyais que tu entendais double comme d'autres y voient double. Alors comme ça tu as entendu Mitchou dire ce poème. Et bien je suis heureux de l'apprendre et donc ma plaisanterie sur Debout je la retire illico. En plus Ninon confirme tes dires alors vraiment je m'écrase. Vous parlez double et c'est normal.

Par contre, non la qualité de la vidéo n'est pas moyenne, elle est vraiment piètre. Si tu vérifies sur l'icone qui l'affiche, il y a Qualité 240. Heureusement la qualité du texte rattrape tout. Qu'est ce qu'on dit Ninon ?
Les vidéos que j'envoie depuis quelques années sont de 1080.

Alors cause à effet ? Cette vidéo a 5 ans et elle compte 300 vues.
La vidéo sur le temps joli de l'impasse, celle qui est en panne depuis plusieurs semaines indiquait 2232 vues. Elle n' a pas encore un an.
Il y 10 heures j'ai remis cette vidéo et déjà plus de 50 vues. A ce train là, il me semble que dans 5 ans les 300 vues seront dépassées.
Bon ces statistiques n'ont aucune importance, ce n'est pas ça qui nous motive.

Hors ligne

 

#32 30-09-2014 22:10:08

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

No problemo, André

amitié à toi....

André,

te rappelles-tu d'une autre chanson, où Mitchou et toi aviez fait, chacun votre version, une vidéo dans ces mêmes qualités sonores médiocres (d'après tes mots), sur un texte que j'avais écrit furtivement sur une enveloppe usagée... postée le soir même de sa création, et vous deux... deux jours plus tard, vous postiez vos vidéos

Le titre, c'était  LE 22, le 29 ou  Du 22 au 29


il est tard, je fais une recherche demain...


Tu as une voix chantante et qui accroche André, continue à faire ce genre de "productions"... moi j'ai déjà essayé d'enregistrer ma voix et de me lire ; je ne m'aime pas... et chanter c'est encore pire, et suivre une musique en chantant, n'en parlons pas, c'est catastrophique !

Voilà, je termine pour ce soir.

Bonne Nuit à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (01-10-2014 07:51:39)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#33 01-10-2014 09:02:24

copains d accord s
Membre
Lieu: Baraqueville
Date d'inscription: 08-11-2003
Messages: 2183
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Heureusement que tu m'as dit le titre et dans les 754 vidéos publiées par " copainsdac " j'ai retrouvé Le 22, le 29.
Oui Mitchou lui aussi avait participé.

http://www.dailymotion.com/video/x73a6a … rges_music


Le 22, le 29

Du 22 au 29,
Du sortir de son œuf,
Semaine d’une vie
Donnée et puis ravie :
En octobre natif,
D’aussi ce mois chétif,
Une feuille est tombée,
Soixantaine achevée…

Et ses rimes sont là,
Nos cordes font le la,
Comme un nœud dans la gorge,
Nous chantons l’ami Georges.
Quoique toujours le vent,
Nous le sentons vivant,
Notre douleur discrète,
Plage d’écume à Sète…

Poète, troubadour,
Le moustachu balourd
Est « ancrée » dans des livres.
Son verbe cru délivre
La liberté du mot,
La justesse des maux,
Et le vocable habile
Vient embellir son style !

Fit de son ordinaire
De l’extraordinaire…
Tel un Esope au brut,
Lui au physique abrupt,
Fit bijou d’écriture…
Et sans fioriture,
Donna à la chanson
De bien belles moissons !
Jean-Pierre F.
Date de publication : 16/10/2008
Durée : 02:06
Catégorie : Musique
Sous-titres : Ajouter des sous-titres

Hors ligne

 

#34 01-10-2014 19:05:26

Mélusine
Membre
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 25-11-2011
Messages: 58

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Superbe Ninon !!! J'en suis toute émue smile

Dernière modification par Mélusine (01-10-2014 19:08:26)


Fi des femelles décharnées,
Vive les belles un tantinet rondelettes, rondelettes !

Hors ligne

 

#35 02-10-2014 06:15:26

ninon9
Membre
Date d'inscription: 05-04-2009
Messages: 7470

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Merci beaucoup, Mélusine...ton message me va droit au coeur surtout venant d'une "belle dame de Brassens"!!!!!


...en rigolant pour faire semblant de n'pas pleurer...

Hors ligne

 

#36 02-10-2014 06:51:09

JMDermes
Membre
Date d'inscription: 10-03-2010
Messages: 274

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Très belle chanson que je partage aujourd'hui sur ma page Facebook.

Amitié.
JMD

Hors ligne

 

#37 02-10-2014 07:04:58

JMDermes
Membre
Date d'inscription: 10-03-2010
Messages: 274

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Posté ce matin.
Je ferai suivre en message privé aux auteurs de cette chanson, Jean-Pierre et André, les commentaires de mes " amis " facebookiens.

Chers amis,

Jean-Ferrat fut le premier à écrire une chanson en hommage à Georges Brassens.
Elle s'intitulait, mais là je ne vous apprends rien, " A Brassens ".
Georges Moustaki et bien d'autres lui ont emboité le pas.
Certains hommages sont écrits avec humour, d'autres avec tendresse, nostalgie ...
J'en connais même qui, rendant hommage à Brassens à grand renfort de " je " se rendent hommage par la même occasion ...
Je vous propose ce matin un texte écrit par un ami restaurateur belge qui est un véritable passionné de la vie et de l’œuvre de Georges Brassens.
Il n'a pas hésité à se rendre à Paris samedi pour nous écouter chanter au Gala des Amis de Georges au Palace.
Il se prénomme Jean-Pierre.
Un autre " brassensophile ", André, instituteur retraité qui a toujours partagé avec ses élèves son amour pour les chansons de GB a mis en musique ce texte puis l'a chanté.
Jean-Pierre et André sont deux êtres totalement désintéressés. Ils se désaltèrent chaque jour à la source des chansons du poète.
C'est une des raisons pour lesquelles ils méritent un immense respect.

http://www.dailymotion.com/video/x73a6a … rges_music

Hors ligne

 

#38 02-10-2014 14:05:05

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Oui, André, j'avais vu ton geste que j'apprécie grandement...

dans ce genre d'initiative amicale et créative, j'ai retrouvé, en mp3 avec donc un son approximatif, sur un ancien pc, "l'Hommage de ses Belles Dames", de Ninon, chanté par Mitchou.
Seulement il nous faudrait l'aide de PP_OuaibeMastère pour les poster.

Sinon, merci pour les bons sentiments témoignés par JM D  aussi.

Bonne Journée à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (02-10-2014 14:13:59)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#39 05-10-2014 13:16:51

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

André en 2001 avec du beau monde...


et là, il y en a des bouts d'vers de Brassens


(désolé pour la "pub" de très mauvais gout qui passe avant)


http://www.dailymotion.com/video/xazqn7 … -les_music


Marine des copains d'accord's dit le texte composé par son papi, Jacques Bousquet directeur de l'école publique Georges Brassens de Baraqueville. Nous sommes le 29 octobre 2001 à la MJC de Rodez. Spectacle hommage pour leur tonton Georges disparu il y a tout juste 20 ans.


Que le temps passe, André... évidemment, en 2001, je ne savais rien ni de Baraqueville, ni de l'Ecole Georges Brassens, ni de Naucelle, et encore moins de toi que je ne connaissais point.

Bien Amicalement.

Bon Dimanche à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (05-10-2014 13:24:46)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#40 05-10-2014 17:34:26

copains d accord s
Membre
Lieu: Baraqueville
Date d'inscription: 08-11-2003
Messages: 2183
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Et Marine aujourd'hui mène en parallèle des études de pharmacie et de droit.
Dans les vidéos récentes que je vous ai présentées pendant les vacances, il y a son jeune frère Nil. Il a le record de longévité pour les copains d'accord's. A quelque mois il chantait déjà au cimetière le Py et à l'Espace. Et oui, il venait encourager Marine qui faisait partie des copains d'accord's. Il est vraiment rentré dans le groupe à 7 ans, il en a bientôt 15 et j'ai toujours le grand plaisir de l'accompagner. Pour le 70è anniversaire de la libération, à Naucelle, à Carmaux il a ému bien de personnes en chantant Nuit et Brouillard, ma France de Ferrat   et tout un florilège de chansons de Brassens pour la soirée de clôture.Dans quelques mois il sera toujours là à Baraqueville cette fois .1994-2014. C'est un âge qu'on n'a pas tout le temps dit la chanson.

Hors ligne

 

#41 06-10-2014 11:57:03

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Quelques chansons de Brassens  "revisitées" :


Pour un petit bonheur posthume,   Brassens revisité....

http://petitbonheurposthume.voila.net/index.html


Si ces paroles ne vous ont pas laissé indifférent, n'hésitez pas à poster vos commentaires qu'ils soient positifs ou négatifs

à l'adresse : duquer.m@hotmail.fr

N'hésitez pas non plus à faire connaître ce site autour de vous ! Peut-être ces paroles pourront-elles interpeler certaines consciences sur quelques grands problèmes actuels (réchauffement climatique, sans logis, intégrisme, OGM, ...).


Voilà...

Bonne Journée à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (06-10-2014 12:03:26)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#42 12-10-2014 13:16:36

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Olivier Terwagne nous avait séduit à Liège, et dernièrement au Gala des ADG, et d’après ce que j’apprends, ça continue à Paris.
Olivier Terwagne (dont parle Gildas dans une autre rubrique) qui revisite Brassens (mais pas toujours) et nous le "re-scénarise", chante aussi ses propres compositions

Tonton

On y trouve ces paroles-ci :
[…]
Le monde est une école
Où t’arrondis les angles,
Et les coeurs trop carrés
Malgré la jolie fleur
Dans une peau de vache

On s’accroche à ta barbe
On bondit sur ton dos
Des prises d’aïkido
Voltigeaient comme des feux
D’artifice en décembre
[…]


etc.


Vous pouvez l'écouter là, pour cette chanson-là, uniquement un extrait... mais aussi avec quelques belles reprises :


https://soundcloud.com/o-terwagne


Olivier Terwagne est un artiste sensible et talentueux qui gagne à être connu autant dans l’univers de Brassens que dans ses propres compositions, et le bougre, il ne manque ni de lettre, ni d’humour…

http://img15.hostingpics.net/pics/771132Olivier004.jpg


ci-dessus, le CD "perso" d'Olivier...  qui est une pure merveille d'inventivité !


Le site d'Olivier Terwagne :


Artiste aux multiples facettes et entouré de bons collaborateurs, je vous invite à découvrir ces liens :


https://soundcloud.com/o-terwagne


et


http://olivierterwagne.wix.com/oterwagn … sens/c118n



Voilà...


Et dans une autre chanson du CD,  En ce Temps-là  (hum ! déjà le titre )

on retrouve ces paroles-ci :


[…]

Ses baisers sentent la canelle
Ses yeux gris m'ensorcellent
Et si je m'écarte du champs de tir
Son décolleté second-empire
Elle m'a dit que fais-tu là ?
Toi et moi nous sommes des amis
Mais elle savait au fond de son cœur
Que le voile tombe après minuit

[…]

Dans ce lien URL, très intéressant à lire, en bas de page, on peut cliquer pour entendre En ce Temps-là


http://www.athogis-management.com/olivi … ml#Olivier

Bonne écoutes et bonnes découvertes, et...

Bonne Dimanche à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (12-10-2014 20:54:03)


Sitting Bull

Hors ligne

 

#43 01-11-2014 00:13:54

Mélusine
Membre
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 25-11-2011
Messages: 58

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Dernier titre de Julien Clerc, que j'ai entendu tout à l'heure à la radio et qui m'a fait penser aux ADG : On ne se méfie jamais assez.

Il dit : "j'aurais dû savoir que tout se gâche, ma jolie fleur était une peau d'vache". Je refuse de croire à la coïncidence smile

La vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=THpi8ClAENg

Dernière modification par Mélusine (01-11-2014 00:16:20)


Fi des femelles décharnées,
Vive les belles un tantinet rondelettes, rondelettes !

Hors ligne

 

#44 01-11-2014 09:16:23

Ivan
Membre
Date d'inscription: 23-07-2011
Messages: 868

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

On serait tenté d'attribuer cette chanson à Maxime Le Forestier, mais non, l'auteur en est Alex Beaupain.

Sur le même album, Maxime est l'auteur de « On va, on vient, on rêve », avec deux vers qui vous rappelleront quelque chose :

   J'ai voulu voir la vie en rose

   Mais les couleurs sont ce qu'elles sont
   On aime à perdre la raison


Il est question aussi de « la maison du bonheur » et d'une « maison vide » mais je ne suis pas sûr que ce soit des hommages à Francis Lalanne et à Michel Polnareff.

Dernière modification par Ivan (01-11-2014 09:20:21)

Hors ligne

 

#45 01-11-2014 14:18:43

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Maxime Le Forestier... avec  "Etre né quelque part"... certes sans les "imbéciles heureux"... nous "bal(l)ade", lui aussi, vers la questionnement... créé je ne sais plus très bien quand, mais en tout cas, après le grand départ de Georges Brassens.

Bonne Journée à Toutes, Tous.


Sitting Bull

Hors ligne

 

#46 02-11-2014 09:44:56

Ivan
Membre
Date d'inscription: 23-07-2011
Messages: 868

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Né quelque part date de 1988.  On peut y voir aussi une allusion aux oiseaux de passage.  C'est la chanson et l'album qui ont marqué la fin de la traversée du désert de Maxime Le Forestier.  C'est aussi sur cet album que se trouve la Visite que les brassensophiles, -olâtres voire -opathes (c'est grave docteur ?) connaissent bien.

Dernière modification par Ivan (02-11-2014 09:45:11)

Hors ligne

 

#47 08-11-2014 11:34:30

PP_OuaibeMastère
Administrator
Lieu: Enghien les Bains
Date d'inscription: 19-08-2006
Messages: 972

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Les amis,
On ne peut douter que Georges ait lu les textes de Jean Richepin !
Il en est un dans son ouvrage « Les caresses », qui parle d’une jolie femme qui va affronter la pluie pour rejoindre son amoureux. C’est un sonnet moderne contant une petite histoire :

« Elle mit son plus beau chapeau, son chapeau bleu,
Et la robe que nul encor n'a dégrafée.
Puis elle releva la boucle ébouriffée
Que sa voilette avait fait redescendre un peu.

Elle se dit : - C'est mal, très mal ! Et comme il pleut !
Je serai faite, vrai, comme une vieille fée ! -
Puis, avant de sortir, pour prendre une bouffée
D'air chaud, elle allongea ses mains devant le feu.

Et sous son en-tout-cas la voilà qui trottine
Dans la pluie. On ne voit d'elle que sa bottine,
Et sa croupe qui fait un pouf au waterproof.

Elle arrive. - Mon Dieu ! Que c'est haut le cinquième !
La clef est sur la porte, elle entre, elle fait : Ouf !
Et lui mouille le nez en lui disant : - Je t'aime. »
Jean Richepin

Personnellement je trouve ce sonnet très mignon. J’imagine que Brassens a pu le lire et se dire que c’est l’homme qui va secourir la femme sous la pluie avec son parapluie… Pourquoi pas ?

Vous ne préférez pas le poème de Richepin au « parapluie » de Brassens dans lequel la fin n’augure pas de la rencontre confirmée de l’homme et de la femme ? Georges avait, sans doute, des problèmes personnels avec les femmes pour que dans presque tous ses textes, sauf « Saturne », c’est difficile entre l’homme et la femme !

« Il a fallut qu'elle me quitte,
Après m'avoir dit grand merci.
Et je l'ai vue toute petite
Partir gaiement vers mon oubli. »
Georges Brassens

Et lorsqu’il choisit un texte d’un autre poète, c’est aussi souvent l’échec entre l’homme et la femme dans le processus de rencontre ! Voire : « Les passantes » d’Antoine Pol »… (Lire ou relire l’analyse que j’en ai faite concernant le choix de ce texte par Brassens, voir ci-dessous)

Les passantes
Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu'on connaît à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais

Le début du poème fait allusion à la faculté de l’humain à être sensibilisé par les rencontres furtives qui emplissent l’esprit de fantasmagories. Le plus souvent, en l’absence de contact déterminé avec le sujet de la rencontre, les chemins se séparent et le contact disparaît. Cela souligne le côté souvent éphémère et intangible des apparitions évanescentes.

A celle qu'on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s'évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu'on en demeure épanoui

Ici, le poète fait appel à un sentiment très ancien dans la conscience de l’homme. Depuis la petite enfance les rêves, les fantasmes, les chimères apparaissent dans l’esprit de l’être et fabriquent des petits contes, des petites histoires que la personne utilise pour satisfaire ses fantasmes, ses envies. Mais comme il s’agit uniquement de chimères, elles disparaissent et laissent une trace de bien-être et de plaisir rétrospectif.

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu'on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

Lorsque l’on voyage avec des passagers inconnus, dans un compartiment de train, par exemple, on est souvent amené à croiser le regard des autres personnes. Alors, si ce regard provoque une émotion agréable, le temps semble comme compressé car on y prend du plaisir. Cela donne le sentiment d’un lien hypothétique privilégié. Mais la retenue culturelle l’emporte sur le sentiment et on ne communique même pas avec la personne au joli regard. Cela ne sert d’ailleurs à rien car, le plus souvent, les chemins de chacun se séparent à l’issue du voyage en commun.

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval
Qui voulut rester inconnue
Et qui n'est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

Il s’agit là de l’évocation des rencontres furtives, celles faite à l’occasion d’évènements exceptionnels. Ces rencontres sont souvent uniques et ne permettent pas le contact. Le partage est d’ailleurs évité par les protagonistes car ils savent, implicitement, qu’il s’agit d’un évènement sans suite et que, par conséquent, cela ne sert à rien. Cette strophe n’a pas été retenue par Georges Brassens pour sa chanson.

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d'un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D'un avenir désespérant

Certaines rencontres provoquent des sentiments de compassion envers la personne que l’on suppose triste à cause d’une désharmonie dans ses contacts avec son compagnon du moment qui est peu enclin à développer des relations gracieuses avec la personne. Alors on perçoit l'angoisse de la presque certitude d’un avenir triste.

A ces timides amoureuses
Qui restèrent silencieuses
Et portent encor votre deuil
A celles qui s'en sont allées
Loin de vous, tristes esseulées
Victimes d'un stupide orgueil.

C’est ici l’évocation des femmes qui restent distantes et fabriquent, elles-mêmes, leur propre solitude pour respecter des règles qu’elles n’ont pas forcement analysées comme étant préjudiciables à leur propre vie. Cette strophe n’a pas été retenue par Georges Brassens pour sa chanson.

Chères images aperçues
Espérances d'un jour déçues
Vous serez dans l'oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu'on se souvienne
Des épisodes du chemin

Les personnes que l’on rencontre et qui constituent, sur le moment, l’objet de rêves, de fantasmes, sont oubliées rapidement car le contact relationnel n’est pas établi. Cela est d’autant plus vrai dans le cas où la communication et le partage apparaissent avec une personne dans une vraie réalité.

Mais si l'on a manqué sa vie
On songe avec un peu d'envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu'on n'a jamais revus

C’est ici, l’évocation du regret provoqué par la mémoire de ces moments furtifs de sensations vis-à-vis de l’autre qui restera une chimère.

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l'on n'a pas su retenir

L’être, s’il demeure seul dans sa vie, éprouve nécessairement un fort sentiment d’acte manqué pour les contacts qu’il n’a pas su initier. Il est évident, qu’il préférerait être en partage avec l’une de ces personnes et éprouver tendresse et amour emplissant sa vie.

Analyse :
En résumé, au-delà de la description de la difficulté des êtres à se contacter pour échanger des points de vue, des impressions et des sentiments, c’est l’évocation gracieuse de la grande réserve des hommes au début du 20e siècle à entrer en contact avec la Femme. Les relations Hommes-Femmes de ce début de siècle sont empreintes de timidité à cause de l’éducation stricte d’origine judéo-chrétienne. A cette époque les garçons et les filles sont toujours séparés depuis la petite enfance et cela n’implémente pas dans l’esprit de l’homme la facilité à faire un pas vers la femme pour lui manifester ses sentiments. Ces sentiments, d’ailleurs à l’époque, sont réprimés par l’éducation et la culture sociale qui impose de les retenir lorsqu’ils sont issus de l’émotion ou des sensations, comme si il s’agissait de péchés, au sens mystique du terme, c'est-à-dire : Actes conscients par lesquels on contrevient aux lois religieuses, aux volontés divines. Alors, les sentiments étaient souvent tués dans l’œuf par la personne qui les éprouvait pour rester dans le respect de conventions imprimées dans l’esprit par une éducation religieuse préconisant la retenue et la réserve. Cela est très bien décrit dans ce magnifique poème d’Antoine POL. Cette réserve implicite provoquait presque toujours le regret de ne pas être passé à l’acte de communication pour partager avec l’autre, l’objet de l’émoi ressenti.

C’est globalement une leçon de vie. Antoine POL, par son très joli poème, nous fait comprendre de façon très délicate, qu’il faut partager les choses qui nous traversent le cœur, qui nous apportent des sentiments. C’est une des plus grandes richesses de la vie sur terre. Le partage des sentiments permet aux humains de découvrir l’autre, mais aussi d’apprendre à se connaître soi-même et de marcher, sur le chemin de la vie vers la plus jolie Lumière, celle de la connaissance et de l’amour.

Au-delà de la beauté du texte, Georges Brassens, qui a pris connaissance de ce poème en trouvant un petit recueil dans ses recherches de poésies, est très sensible aux évocations de cette œuvre d’Antoine POL.

La première raison est initiée par l'éducation très conventionnelle de son milieu familial. Sa maman, Elvira, est une personne d’origine Italienne. Elle est croyante et a essayé d’imprimer des principes dans l’éducation de ses enfants Simone et Georges. Cela a été un des facteurs de programmation du comportement réservé de Georges Brassens vis-à-vis des choses des sentiments. Dans sa vie, Georges était timide et ne partageait que très rarement ses émotions avec les personnes qui l’entouraient. C’est un peu l’origine de sa réputation d’ours.
La seconde raison est que le début de sa vie à l’extérieur du cocon familial, lorsque qu’il est monté à Paris chez sa tante, a été très difficile et cela a du provoquer des retenues chez lui. En fait, il n’était pas réellement autonome et même lorsqu’il est arrivé chez Jeanne, il restait à la charge de son environnement proche. Cela ne lui permettait pas de se sentir à l’aise pour exprimer spontanément ses sentiments.
La troisième raison est que Georges a baigné dans l’influence de sa maman et de sa grande sœur Simone, qui étaient toutes deux des femmes très protectrices qui le couvaient. Cela a développé un sentiment implicite chez Georges que la femme est un peu magique et que l’on ne peut pas s’en passer alors que l’on voudrait bien prendre ses distances et de l’indépendance. Il n’a donc jamais choisi de s’engager vraiment avec une femme, même pas avec sa Püppchen…

Philippe PETIT

Extrait de l’histoire d’Antoine POL raconté par son petit fils Bruno POL :
« Antoine POL, officier de l’Armée Française, a écrit ce poème en 1911. Il dit à son petit fils Bruno POL : « Dans le regard de toutes ces passantes que j'ai croisé, j'ai vu souvent dans leur coeur le drame infini ou l'ennui d'une vie sans attrait. Je lisais dans leur âme à livre ouvert et leur peine à peine cachée m'enseignait combien leurs douleurs étaient vives ». En octobre 1918, il édite à 110 exemplaires son premier recueil " Emotions Poétiques" aux éditions du Monde Nouveau, 4 bis rue de Châtillon. Imprimé par Bussière dans le Cher, à Saint Amand. C'est un petit livre de 130 pages que Georges Brassens découvrira en 1942 chez un bouquiniste de la Porte de Vanves. Ce jour là Brassens fut si emballé par le poème qu'il commença à en écrire la musique, qu'il remania plusieurs fois jusqu'en 1964, et qu'il retravailla encore jusqu'en 1969. Il la chantera pour la première fois à Bobino en décembre 1972. Antoine disait à Bruno en avril 1971 qu’il savait : " Je suis heureux que mon poème Les Passantes soit mis en musique par Georges Brassens. Moins de deux mois après, le 21 juin 1971 à 23 h15, il meurt à Seine-Port dans sa maison auprès de toute sa famille. L'avant veille de sa mort, il disait à Bruno : " J'ai écrit Les Passantes, toi tu les entendras chanter pour moi..." Depuis elles ont été traduites en 18 langues et chantées dans toutes les circonstances de la vie. » »

Hors ligne

 

#48 20-11-2014 19:13:01

ninon9
Membre
Date d'inscription: 05-04-2009
Messages: 7470

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

J'écoutais Renaud aujourd'hui et tout d'un coup, une évidence!

Dans  "'Hexagone" lorsqu'il dit ;

    "...Et le ROI DES CONS sur son trône
        J'parierais pas qu'il est Allemand..."

ça s'rait-y-pas  un p'tit coup d'oeil au "Roi des cons" de Brassens?

Dernière modification par ninon9 (20-11-2014 19:16:14)


...en rigolant pour faire semblant de n'pas pleurer...

Hors ligne

 

#49 20-11-2014 20:02:59

Mélusine
Membre
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 25-11-2011
Messages: 58

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

indubitablement, surtout quand on connait l'admiration de Renaud pour Brassens smile


Fi des femelles décharnées,
Vive les belles un tantinet rondelettes, rondelettes !

Hors ligne

 

#50 20-11-2014 21:30:15

Sitting Bull
Membre
Date d'inscription: 30-11-2007
Messages: 7412
Site web

Re: Chansons de Brassens dans les chansons

Chanson  de Georges dite "orpheline" (sans musique de Brassens), à moins que ce ne soit un texte en attente ou écarté ou réutilisé d'une manière très différente pour faire  "Le Roi" ; elle ressemble, elle aussi, étrangement à l'état d'esprit de la chanson de Renaud  "L'Hexagone" (Renaud ne pouvait pas la connaître, puisque puisée dans les archives de  "Tonton Georges" après sa mort)... mais quel amusement que de la poster ici et d'observer de troublantes similitudes.

Le Cauchemar

Sa majesté n´avait pas l´air d´un Cypriote,
D´un Belge, un Suisse, un Écossais,
Mais tout bonnement hélas ! d´un d´ nos compatriotes,
Dans mon rêve le roi des cons était Français.

Quand un olibrius portait une couronne,
Tous en choeur on applaudissait,
Nous les fiers descendants du général Cambronne,
Dans mon rêve où le roi des cons était Français.

Et tous comme un seul homme, on courait à l´embauche
Dès qu´un botteur de culs passait,
Tendant les miches à droite, tendant les miches à gauche,
Dans mon rêve où le roi des cons était Français.

Dupont, Durand, Dubois, Duval, Dupuis, Duchêne,
A nos fusils la fleur poussait,
Toujours prêts à nous fair´ descendre à la prochaine,
Dans mon rêve où le roi des cons était Français.

On prenait la Bastille, et la chose étant faite,
Sur la plac´ publique on dansait,
Pour en bâtir une autre à la fin de la fête,
Dans mon rêve où le roi des cons était Français.

Entre deux coups de chien, on s´occupait de fesses,
On s´embrassait, on s´enlaçait,
Afin que des cocus continuât l´espèce,
Dans mon rêve où le roi des cons était Français.

Quand je sautai du lit, que j´entendis la somme
De balivernes qui florissaient,
J´eus comme l´impression d´ êtr´ pas sorti d´ mon somme,
De mon rêve où le roi des cons était Français.

Sa majesté n´avait pas l´air d´un Cypriote,
D´un Belge, un Suisse, un Écossais,
Mais tout bonnement hélas d´un d´ nos compatriotes,
Dans mon rêve le roi des cons était Français.


Cette chanson a été reprise et adaptée par le regretté Claude Duguet (qui chantait accompagné à Bruno Granier, à une certaine époque), et par Jacques Munoz


Bonne Soirée à Toutes, Tous.

Dernière modification par Sitting Bull (20-11-2014 21:52:25)


Sitting Bull

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson